Avoriaz 1800

Cette année, Avoriaz fête ses 50 ans, et depuis sa création, cette station ex-nihilo se démarque par son originalité sur bien des plans.
Elle était déjà novatrice à la fin des années 60 avec son concept de station piétonne, presqu’une folie à l’époque, mais un argument imparable aujourd’hui : quel bonheur de laisser sa voiture au parking le temps d’une semaine ou d’un week- end pour se déplacer à skis, à pied ou en calèche, un vrai « break » avec le métro-boulot-dodo, une idée folle à l’origine d’un succès jamais démenti !

La création de ce lieu magique qu’est la station d’Avoriaz vient d’une rencontre entre trois hommes d’horizons différents :

Le sportif visionnaire : Jean Vuarnet, champion olympique (médaillé d’or en ski de descente en 1960 à Squaw Valley – Etats-Unis), originaire de Morzine et initiateur de la création du domaine des portes du Soleil
Jean Vuarnet nous a quittés juste avant l’anniversaire de la station, le 2 janvier 2017

Le promoteur et le communiquant audacieux: Gérard Bremont, jeune promoteur en 1964 à l’époque de sa rencontre avec Jean Vuarnet, et aujourd’hui PDG du groupe Pierre et Vacances-Center Parcs.

C’est lui qui a su propulser Avoriaz en haut de l’affiche en créant (avec Lionel Chouchan) en 1973 le Festival international du film fantastique d’Avoriaz, qui devint rapidement une manifestation renommée contribuant à promouvoir dans le grand public un type d’expression cinématographique auparavant méconnu.
Pour la petite histoire, c’est à Avoriaz que s’est fait connaître Steven Spielberg en remportant le grand prix d’Avoriaz avec le film Duel. Toutes les stars des années 70 avaient d’ailleurs fait d’Avoriaz un « Saint Tropez des neiges », contribuant ainsi à la renommée internationale de la station.

L’architecte talentueux : Jacques LABRO déjà lauréat du Grand Prix de Rome, et ses associés: Jean-Jacques OZONI et Jean-Marc ROQUES.

C’est son architecture qui a donné à la station d’Avoriaz son caractère tellement unique, ces architectes ont d’ailleurs obtenu le prix de l’équerre d’argent en 1968 pour la réalisation des résidences Séquoïa et Mélèzes.
Basée sur le mimétisme avec la nature, ici les lignes et les couleurs des immeubles (bardage en Red Cedar ou Mélèze laissés à l’état brut, dont les teintes évoluent selon l’exposition) viennent parfaitement s’intégrer dans le paysage montagnard. Tout a été pensé pour que le bâti face corps avec le paysage créant ainsi une architecture «organique».

De cette rencontre extraordinaire est née une station qui a grandi et qui a su évoluer à travers les décennies. Elle nous étonne toujours et apparaît encore comme novatrice, depuis 50 ans, c’est la station de demain !

agence des flocons Avoriaz
© Neil Sharp, photographer